Catégories
Immunothérapie du changement

3 conseils pour vos expérimentations en Immunothérapie du changement

Mise à jour le 08/01/2021 à 14:12

Nos ateliers courts sur l’immunothérapie du changement sont focalisés sur la prise de conscience de vos motivations autoprotectrices qui vous empêchent d’atteindre vos objectifs. Parfois la prise de conscience suffit pour vous transformer mais la plupart d’entre nous ont besoin d’un processus pour soutenir le changement espéré. Il s’agit de vous « désensibiliser » de votre immunité au changement. Cet article complète la description rapide du processus que nous proposons dans les ateliers courts.

Suivre le processus vous prendra probablement 2 à 3 mois, et au minimum 30 minutes par semaine pendant ce temps.

Un premier conseil : le soutien

Trouvez le moyen d’être soutenu. Vous pouvez vous faire accompagner bien sûr par un professionnel comme un coach, mais un proche peut également convenir, ou encore mieux une autre personne également engagée dans le processus, ou un petit groupe concerné par le même objectif. Dans l’exemple que je décris en atelier, nager régulièrement en lacs, la constitution progressive d’un petit groupe de nageurs, et la convivialité qui s’est installée, ont été des soutiens essentiels pour entretenir ma démarche.

Deuxième conseil : l’affinage de la carte

Comme un bon fromage, la carte d’immunité demande un affinage et du temps pour arriver à maturation. L’affinage consiste à relire, retravailler et compléter régulièrement votre carte, jusqu’à ce qu’elle « sonne juste » pour vous. Pour cela vous réécrirez probablement vos promesses cachées et vos grandes suppositions (croyances, postulats fondamentaux) afin qu’elles vous correspondent au plus juste. Il est fort probable que d’autres croyances, ou des versions plus affinées apparaissent lorsque que vous travaillez sur vos expérimentations. Cela vous permettra de mettre à jour votre carte d’immunité.

En particulier vous formulerez vos grandes suppositions de telle manière qu’elles soient vérifiables, testables. Kegan et Lahey donnent l’exemple de suppositions contenant des mots catastrophiques tels que « mourir, être viré, faire une dépression » qui indiquent que la supposition n’est pas encore arrivée à maturité.

En effet réaliser des expérimentations qui pourraient vous faire virer serait en contradiction avec le principe de sécurité des expérimentations. Dans ce cas, la solution est de prendre du recul et de chercher la croyance qui précède la catastrophe, du type « je crois que si je suis en désaccord avec mon patron, il va s’énerver », et de faire des expérimentations prudentes concernant le désaccord.

Troisième conseil : ne cherchez pas trop vite à atteindre l’objectif

Le processus de désensibilisation vise à faire évoluer vos grandes suppositions, et atteindre l’objectif initial est un moyen pour cela. Si par un acte ponctuel de courage vous atteignez votre objectif, vous aurez peu appris sur vos grandes suppositions et votre immunité au changement.

Réaliser une expérimentation ne consiste pas seulement à produire l’action prévue, il s’agit aussi de collecter des informations relatives à l’expérimentation (ce qui s’est passé, ce que nous avons ressenti, observé) et à l’interprétation des résultats (confirmation ou infirmation des croyances). Notamment vous vivrez certainement des expérimentations qui confirmeront une croyance limitante. Si vous avez bien compris le processus, vous pourrez en tirer des informations importantes sur votre immunité, et de nouvelles idées, au lieu d’être découragés parce que l’objectif n’est pas atteint.

Conclusion

Suivre le processus de désensibilisation permet implicitement de travailler sur la croyance limitante largement partagée que « l’échec est une erreur », et d’intégrer progressivement une culture d’expérimentation, en adoptant de nouvelles croyances plus ouvrantes et plus pertinentes comme :

  • « tout est expérience et apprentissage »,
  • « les échecs sont les étapes du succès »,
  • « l’échec n’existe pas, seuls les résultats existent » (Anthony Robbins),
  • « Le succès c’est être capable d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » (Winston Churchill)

Bonus 1 : parcourez ces 60 citations puissantes sur l’échec et adoptez celles qui vous parlent, afin d’entretenir votre processus de désensibilisation.

Bonus 2 : si vous avez l’impression d’être bloqué, limité par votre environnement et que vous ne pouvez pas changer, en réalité vous pouvez toujours faire une différence. Pour vous inspirer, visionnez cette vidéo (en anglais), avec ces enfants qui sont pauvres, qui vivent sur l’eau et qui magré tout cela tournent leurs contraintes en opportunités, et deviennent des champions de foot de bon niveau.